Image Alt

Le Bois de Boulogne, le poumon vert de l’ouest parisien, est aussi une mine d’or pour la ville de Paris.

  /  Autour de vous   /  Le Bois de Boulogne, le poumon vert de l’ouest parisien, est aussi une mine d’or pour la ville de Paris.

Le Bois de Boulogne, le poumon vert de l’ouest parisien, est aussi une mine d’or pour la ville de Paris.

Avec ses clubs sportifs les plus huppés, ses restaurants chics, ses hippodromes réputés, ses lieux événementiels les plus courus et sa fondation d’art mondialement reconnue, le Bois de Boulogne n’est plus seulement le lieu de promenade voulu par Napoléon III. Il représente, aujourd’hui, une manne financière pour la Ville de Paris avec plus de 20 millions d’euros de redevances.

Source : Les Echos Week-end – https://lesechos.fr

Un don de 846 hectares

C’est en 1852 que l’Etat a fait don du Bois de Boulogne à la ville de Paris chargée de son aménagement. Ce poumon vert deux fois et demi plus étendu que Central Park à New-York, représente ce qui reste de la forêt de Rouvray mentionnée pour la première fois en 717. Longtemps réserve de chasse royale, le Bois a connu mains avatars de la Guerre de Cent ans à l’occupation par les troupes anglaises et russes à la chute de l’Empire. Napoléon III voulait doter Paris d’un espace vert comparable aux jardins londoniens. Aussi, a-t-il fait appel au baron Haussmann, à l’ingénieur Alphand et au paysagiste Barillet-Deschamps pour créer les clairières, ouvrir des percées, élaborer tout un réseau de lacs, rivières et cascades et, même, prévoir des buvettes pour les promeneurs. Pour agrémenter cet ensemble et pour financer son entretien, la ville de Paris a été autorisée à négocier des services concédés au privé.

Des concessionnaires prestigieux

Aujourd’hui, environ 20 % du Bois de Boulogne est consacré à ces concessions : buvettes, restaurants, clubs sportifs, stades, hippodromes, fondations, camping et locaux de réception.

Le plus important de ces concessionnaires est France Galop (9,4 millions d’euros) qui gère les 57 hectares de l’hippodrome de Longchamp et les 36 hectares d’Auteuil. Il est suivi par Roland-Garros (6,9 millions), la Croix Catelan (3,5 millions) ex-Racing devenu Lagardère Paris Racing, le Pavillon d’Armenonville (1,5 million) exploité par Butard Enescot (https://www.butard-enescot.com) depuis 2014 après 51 ans de Potel & Chabot. Viennent ensuite le Polo de Paris (1,4 million), la Fondation Vuiton (1,3 million), le Jardin d’Acclimatation (1,1 million) et le camping (874 000) qui accueille 250 000 nuitées chaque année.

Parmi les clubs prestigieux du Bois de Boulogne, outre le Pré Catelan et le Polo de Paris, les plus célèbres, il convient de citer l’Association Sportive du Cercle du Bois de Boulogne plus connue sous le nom de Tir aux Pigeons.

Une offre de restauration très variée

Outre les buvettes, les lieux de réception (Armenonville, Pavillon Dauphine, Pavillon Royal, Pavillons des Etangs, Bagatelle) et les restaurants des hippodromes, le Bois de Bologne offre toute une gamme de restaurants. De la très familiale Auberge du Bonheur, au multi étoilé Pré Catelan (https://restaurant.leprecatelan.com), en passant par la luxueuse Grande Cascade ou l’exotique Chalet des Iles (http://chalet-des-iles.com) où l’on accède en barque, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

Même si, nombre de parisiens préfèrent pique-niquer sur les pelouses accueillantes du Bois de Boulogne.

You don't have permission to register